Eva Zimmermann – Perceptions du nazisme dans la presse quotidienne française (1922-1929)

Eva Zimmermann (F.U. Berlin/U. de Lorraine) expose son travail sur la réception du national-socialisme dans la presse française dans les années 1920, à Metz, le 20 novembre (12h00). Le début de son intervention, résumée ici, ci-dessous (depuis l’allemand par N. Patin).

Eva Zimmermann, 19.11.15

« Du point des bornes chronologiques, avant 1922, il n’y a pas de traces de réactions sur le national-socialisme ; 1929, avec la victoire de 1930, c’est une césure importante. Le régime de réception change après 1930. La problématique est prise entre deux bornes : l’ignorance (A. Kimmel, 1969) ou l’idée que le phénomène a été surestimé (J. Mortane, 1928). On peut s’intéresser au champ sémantique et à sa mutation entre la période 1922-1929 et 1930-1933. Comment le phénomène a-t-il été perçu dans cette première phase ? Il est possible de se fonder sur sept journaux français pour essayer de percevoir le paysage idéologique et politique : L’Humanité, La Lanterne, Le Petit parisien, Le Temps, Ouest-Éclair, La Croix, Journal des débats. Le résultat d’une recherche basique dans les journaux montrent l’émergence de plusieurs dénominations : « nationaux-socialistes » ; « partisans de Hitler » ; « fasciste bavarois », dans les années 1920. On voit une différence dans la hiérarchie de cette terminologie dans la période 1930-1933, où le terme « nationaux-socialistes » domine largement, et où le terme « Hitlériens » prend de l’importance. En terme quantitatif, la régularité des termes « nationaux-socialistes » et « Hitler » augmente à partir de 1930, mais surtout fortement à partir de 1931 et 1932. »

Stefan Noack – Les sources allemandes.

Stefan Noack propose les premiers résultats de sa recherche bibliographique, le 19 novembre, à Metz (17h30). Le début de son intervention, résumée ici, ci-dessous (depuis l’allemand par N. Patin).

Stefan Noack, 19.11.15

« Nous avions le même projet. Cela pose des problèmes, car les cultures, les temporalités, et les espaces linguistiques ne sont pas les mêmes. Quels étaient les objectifs du projet ? Il s’agit, évidemment, d’un travail en cours. Comment est-ce possible de synthétiser une si grosse masse de sources ? Une masse infinie ? Si nous avons choisi de réduire la chronologie, de 1919 à 1949, on évalue tout de même le nombre des publications à 10 000 titres, ce qui rend la liste impossible. Comment réduire ? Comment sélectionner ? Quel pourrait être l’intérêt d’une telle bibliographie ? Pour que ce ne soit pas uniquement un argument de vente.

Comme l’a fait remarqué le professeur Uwe Puschner, il n’existe pas « un » national-socialiste, mais de nombreux mouvements, des tendances régionales et des personnes et surtout, une liste très longue d’acteurs qui se sont confrontés à ce mouvement, y ont réfléchi. La chronologie, évidemment, est essentielle, car le débat n’est pas le même en 1933, en 1939… La première réponse, c’est évidemment d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, cela paraît très simple. En cherchant des ouvrages qui avaient eu une importance très forte pour mes travaux précédents, je me suis rendu compte que les mots-clefs les plus évidents ne donnaient pas de bons résultats. Il faut, en réalité, se fonder sur les bibliographies existantes, et sur la littérature secondaire. Pour les catalogues, je me suis fondé sur le KOBV, et celui de la Bibliothèque nationale allemande (DNB), qui réunit théoriquement tous les livres, mais, après l’impact de la Deuxième Guerre, ne contient pas tout.

Les premiers résultats donnent près de 2 100 livres, mais en élargissant, cela peut aboutir à 5 000 ouvrages. Si on ajoute les éléments de bibliographie déjà constituée et de littérature secondaire, on aboutit à plus de 6 100 ouvrages. Mais il se peut que le chiffre continue à augmenter, puisque le travail est encore en cours ».

Jean-René Maillot – Les sources françaises.

Jean-René Maillot propose les premiers résultats de sa recherche bibliographique, le 19 novembre, à Metz (17h15). Le début de son intervention, résumée, ci-dessous.

Jean-René Maillot, 19.11.15

« J’ai commencé, l’année dernière, à constituer un premier corpus de la réception du national-socialisme, et depuis, je pense que ce travail ouvre des perspectives gigantesques. J’ai utilisé des outils classiques, à travers le logiciel Zotero, en interrogeant les catalogues traditionnels, celui de la BNF, le Sudoc, mais aussi des catalogues plus spécifiques, comme celui du Musée de la Résistance de Besançon, très complet, ainsi que celui de l’Institut historique allemand à Paris (DHIP). J’ai interrogé de nombreux mots-clefs, évidents – « Hitler », « Ludendorff », « national-socialisme », « Danzig »… On repère des auteurs, des traducteurs, des maisons d’éditions…

Le résultat est important : 2900 titres entre 1920 et 1950. J’ai ensuite opéré une lecture des ouvrages, entre 1920 et 1932. La sélection comprenait 400 ouvrages, nous en avons parcouru 300, selon les disponibilités. Ils nous montrent une perception française. Trois idées dominent : s’informer sur l’Allemagne est essentiel ; le relèvement de l’Allemagne est une inquiétude très forte ; la faiblesse de la France est décrite en miroir. Le maître mot, c’est le pangermanisme. C’est au sein de cette littérature qu’émerge la bibliographie du national-socialisme. Il est inutile de rechercher le « national-socialisme » dans la littérature des années 1920, d’ailleurs, le phénomène n’est pas perçu comme tel : il faut chercher ailleurs, dans d’autres livres. Sous quel angle perçoit-on le phénomène ? Quels sont les rapporteurs ? Ceux qui expliquent ? Ceux qui le citent ? À partir de quand le national-socialisme devient-il un objet d’étude ?

On peut classer les résultats dans trois catégories : l’information sur l’Allemagne ; une lecture politique inquiète ; une lecture bienveillante. La première est relativement objective ; la seconde exprime une opinion plus tranchée ; et la troisième catégorie penche parfois vers le rapprochement franco-allemand. Les premiers titres fondamentaux sont ceux de Maurice Baumont et Marcel Berthelot, L’Allemagne, lendemains de guerre et de révolution (1921), de Ambroise Got, Foerster et Lichtenberger en 1923, de Pierre Dominique, Deux jours chez Ludendorff (1924) et celui de J. Mortane, Sous les tilleuls, la nouvelle Allemagne. »

Ouverture du colloque par Michel Grunewald

Michel Grunewald (CEGIL) décrit le cadrage théorique de l’initiative « CNS », le 19 novembre, à Metz (9h30).

M. Grunewald, 19.11.15

« Pour définir cet objet, dans une première phase, il est nécessaire de passer par la négative. Nous ne voulons pas écrire une nouvelle histoire du nazisme, ni, évidemment, une nouvelle biographie d’Hitler, celle de Peter Longerich ayant été discutée dans la presse allemande hier.

Ce n’est pas le national-socialisme en tant que tel qui est notre objet, mais la façon dont, lors de son émergence, dans son pouvoir et après sa chute, ce système, comme corpus idéologique et comme régime, a été perçu et interprété par ceux qui en étaient les observateurs et analystes : des journalistes, des experts, etc.

Il s’agit, si on veut définir notre projet en terme positif, de dresser une typologie des regards et des savoirs produits, au fur et à mesure de son évolution, sur le national-socialisme, en prenant appui sur des sources imprimées – Jean-René Maillot ayant travaillé côté français sur leur recensement, Stefan Noack côté allemand – des journaux et revues, la presse d’opinion, la grande presse, les grands forums intellectuels… mais aussi des ouvrages, qui peuvent être des monographies, des reportages, des études savantes…

Il s’agira, à travers les différentes étapes de l’histoire du national-socialisme, d’examiner, comment, au fur et à mesure de l’émergence de cette idéologie, puis des réalités qui se mettent en place, entre 1919 et 1949, l’action d’Hitler, la nature de son mouvement, la nature de son régime, sont identifiés, perçus, représentés, en destination de public précis. Cela peut être les émigrés allemands à Paris ; les lecteurs de la presse suisse ; les lecteurs de la presse belge… Comment cette nature est représentée, en destination de certains publics, et en fonction de stratégies, pour combattre le régime, pour en prôner l’adaptation, pour le soutenir ?

On peut en venir aux choix des aires : l’Europe germanophone et l’Europe francophone. La France, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, d’une part ; l’Allemagne, l’Autriche, la partie germanophone de la Suisse et de la Tchécoslovaquie, d’autre part. Les voix retenues sont celles des adversaires, autant que celles des partisans.

Cette première phase d’analyse se fera dans une perspective comparatiste, d’où l’importance des propos de M. Ulrich Pfeil et de Hans-Manfred Bock, pour mettre en miroir et en confrontation la prise de conscience de la nature de l’objet national-socialiste, de voir comment les acteurs prennent position et interagissent. »