Eva Zimmermann – Perceptions du nazisme dans la presse quotidienne française (1922-1929)

Eva Zimmermann (F.U. Berlin/U. de Lorraine) expose son travail sur la réception du national-socialisme dans la presse française dans les années 1920, à Metz, le 20 novembre (12h00). Le début de son intervention, résumée ici, ci-dessous (depuis l’allemand par N. Patin).

Eva Zimmermann, 19.11.15

« Du point des bornes chronologiques, avant 1922, il n’y a pas de traces de réactions sur le national-socialisme ; 1929, avec la victoire de 1930, c’est une césure importante. Le régime de réception change après 1930. La problématique est prise entre deux bornes : l’ignorance (A. Kimmel, 1969) ou l’idée que le phénomène a été surestimé (J. Mortane, 1928). On peut s’intéresser au champ sémantique et à sa mutation entre la période 1922-1929 et 1930-1933. Comment le phénomène a-t-il été perçu dans cette première phase ? Il est possible de se fonder sur sept journaux français pour essayer de percevoir le paysage idéologique et politique : L’Humanité, La Lanterne, Le Petit parisien, Le Temps, Ouest-Éclair, La Croix, Journal des débats. Le résultat d’une recherche basique dans les journaux montrent l’émergence de plusieurs dénominations : « nationaux-socialistes » ; « partisans de Hitler » ; « fasciste bavarois », dans les années 1920. On voit une différence dans la hiérarchie de cette terminologie dans la période 1930-1933, où le terme « nationaux-socialistes » domine largement, et où le terme « Hitlériens » prend de l’importance. En terme quantitatif, la régularité des termes « nationaux-socialistes » et « Hitler » augmente à partir de 1930, mais surtout fortement à partir de 1931 et 1932. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *