Stefan Noack – Les sources allemandes.

Stefan Noack propose les premiers résultats de sa recherche bibliographique, le 19 novembre, à Metz (17h30). Le début de son intervention, résumée ici, ci-dessous (depuis l’allemand par N. Patin).

Stefan Noack, 19.11.15

« Nous avions le même projet. Cela pose des problèmes, car les cultures, les temporalités, et les espaces linguistiques ne sont pas les mêmes. Quels étaient les objectifs du projet ? Il s’agit, évidemment, d’un travail en cours. Comment est-ce possible de synthétiser une si grosse masse de sources ? Une masse infinie ? Si nous avons choisi de réduire la chronologie, de 1919 à 1949, on évalue tout de même le nombre des publications à 10 000 titres, ce qui rend la liste impossible. Comment réduire ? Comment sélectionner ? Quel pourrait être l’intérêt d’une telle bibliographie ? Pour que ce ne soit pas uniquement un argument de vente.

Comme l’a fait remarqué le professeur Uwe Puschner, il n’existe pas « un » national-socialiste, mais de nombreux mouvements, des tendances régionales et des personnes et surtout, une liste très longue d’acteurs qui se sont confrontés à ce mouvement, y ont réfléchi. La chronologie, évidemment, est essentielle, car le débat n’est pas le même en 1933, en 1939… La première réponse, c’est évidemment d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, cela paraît très simple. En cherchant des ouvrages qui avaient eu une importance très forte pour mes travaux précédents, je me suis rendu compte que les mots-clefs les plus évidents ne donnaient pas de bons résultats. Il faut, en réalité, se fonder sur les bibliographies existantes, et sur la littérature secondaire. Pour les catalogues, je me suis fondé sur le KOBV, et celui de la Bibliothèque nationale allemande (DNB), qui réunit théoriquement tous les livres, mais, après l’impact de la Deuxième Guerre, ne contient pas tout.

Les premiers résultats donnent près de 2 100 livres, mais en élargissant, cela peut aboutir à 5 000 ouvrages. Si on ajoute les éléments de bibliographie déjà constituée et de littérature secondaire, on aboutit à plus de 6 100 ouvrages. Mais il se peut que le chiffre continue à augmenter, puisque le travail est encore en cours ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *