Jean-René Maillot – Les sources françaises.

Jean-René Maillot propose les premiers résultats de sa recherche bibliographique, le 19 novembre, à Metz (17h15). Le début de son intervention, résumée, ci-dessous.

Jean-René Maillot, 19.11.15

« J’ai commencé, l’année dernière, à constituer un premier corpus de la réception du national-socialisme, et depuis, je pense que ce travail ouvre des perspectives gigantesques. J’ai utilisé des outils classiques, à travers le logiciel Zotero, en interrogeant les catalogues traditionnels, celui de la BNF, le Sudoc, mais aussi des catalogues plus spécifiques, comme celui du Musée de la Résistance de Besançon, très complet, ainsi que celui de l’Institut historique allemand à Paris (DHIP). J’ai interrogé de nombreux mots-clefs, évidents – « Hitler », « Ludendorff », « national-socialisme », « Danzig »… On repère des auteurs, des traducteurs, des maisons d’éditions…

Le résultat est important : 2900 titres entre 1920 et 1950. J’ai ensuite opéré une lecture des ouvrages, entre 1920 et 1932. La sélection comprenait 400 ouvrages, nous en avons parcouru 300, selon les disponibilités. Ils nous montrent une perception française. Trois idées dominent : s’informer sur l’Allemagne est essentiel ; le relèvement de l’Allemagne est une inquiétude très forte ; la faiblesse de la France est décrite en miroir. Le maître mot, c’est le pangermanisme. C’est au sein de cette littérature qu’émerge la bibliographie du national-socialisme. Il est inutile de rechercher le « national-socialisme » dans la littérature des années 1920, d’ailleurs, le phénomène n’est pas perçu comme tel : il faut chercher ailleurs, dans d’autres livres. Sous quel angle perçoit-on le phénomène ? Quels sont les rapporteurs ? Ceux qui expliquent ? Ceux qui le citent ? À partir de quand le national-socialisme devient-il un objet d’étude ?

On peut classer les résultats dans trois catégories : l’information sur l’Allemagne ; une lecture politique inquiète ; une lecture bienveillante. La première est relativement objective ; la seconde exprime une opinion plus tranchée ; et la troisième catégorie penche parfois vers le rapprochement franco-allemand. Les premiers titres fondamentaux sont ceux de Maurice Baumont et Marcel Berthelot, L’Allemagne, lendemains de guerre et de révolution (1921), de Ambroise Got, Foerster et Lichtenberger en 1923, de Pierre Dominique, Deux jours chez Ludendorff (1924) et celui de J. Mortane, Sous les tilleuls, la nouvelle Allemagne. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *