Ouverture du colloque par Michel Grunewald

Michel Grunewald (CEGIL) décrit le cadrage théorique de l’initiative « CNS », le 19 novembre, à Metz (9h30).

M. Grunewald, 19.11.15

« Pour définir cet objet, dans une première phase, il est nécessaire de passer par la négative. Nous ne voulons pas écrire une nouvelle histoire du nazisme, ni, évidemment, une nouvelle biographie d’Hitler, celle de Peter Longerich ayant été discutée dans la presse allemande hier.

Ce n’est pas le national-socialisme en tant que tel qui est notre objet, mais la façon dont, lors de son émergence, dans son pouvoir et après sa chute, ce système, comme corpus idéologique et comme régime, a été perçu et interprété par ceux qui en étaient les observateurs et analystes : des journalistes, des experts, etc.

Il s’agit, si on veut définir notre projet en terme positif, de dresser une typologie des regards et des savoirs produits, au fur et à mesure de son évolution, sur le national-socialisme, en prenant appui sur des sources imprimées – Jean-René Maillot ayant travaillé côté français sur leur recensement, Stefan Noack côté allemand – des journaux et revues, la presse d’opinion, la grande presse, les grands forums intellectuels… mais aussi des ouvrages, qui peuvent être des monographies, des reportages, des études savantes…

Il s’agira, à travers les différentes étapes de l’histoire du national-socialisme, d’examiner, comment, au fur et à mesure de l’émergence de cette idéologie, puis des réalités qui se mettent en place, entre 1919 et 1949, l’action d’Hitler, la nature de son mouvement, la nature de son régime, sont identifiés, perçus, représentés, en destination de public précis. Cela peut être les émigrés allemands à Paris ; les lecteurs de la presse suisse ; les lecteurs de la presse belge… Comment cette nature est représentée, en destination de certains publics, et en fonction de stratégies, pour combattre le régime, pour en prôner l’adaptation, pour le soutenir ?

On peut en venir aux choix des aires : l’Europe germanophone et l’Europe francophone. La France, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, d’une part ; l’Allemagne, l’Autriche, la partie germanophone de la Suisse et de la Tchécoslovaquie, d’autre part. Les voix retenues sont celles des adversaires, autant que celles des partisans.

Cette première phase d’analyse se fera dans une perspective comparatiste, d’où l’importance des propos de M. Ulrich Pfeil et de Hans-Manfred Bock, pour mettre en miroir et en confrontation la prise de conscience de la nature de l’objet national-socialiste, de voir comment les acteurs prennent position et interagissent. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *